La rumba 2.0 de Fally Ipupa : Que faut-il savoir ?

Il est connu du grand public et a désormais à son actif près de 4 albums. Ses vidéos font des millions de vues sur YouTube et les plateformes de streaming. Ses albums sont vendus comme de petits pains. On se rappelle encore des morceaux cultes de son registre. Je veux nommer « Kobosanate », « Sweet Life », « Original », « Eloko Eyo », « Jeudi soir », etc. Comme vous l’avez sans doute deviné, il s’agit de Fally Ipupa, le Congolais qui a réussi la réadaptation de la rumba, la musique congolaise. Mais, qui est-il en réalité ?

Qui est Fally Ipupa ?

Né le 14e jour du mois de décembre, Fally Ipupa a aujourd’hui 41 ans (1977). De son vrai nom Fally Ipupa Nsimba, il est à la fois chanteur, danseur, auteur-compositeur-interprète et producteur. En effet, Fally Ipupa a débuté dans des orchestres de quartier, et ce faisant, il se fait remarquer par Koffi Olomidé.

Ce dernier l’intègre à son groupe « Quartier latin » où il se fait former pendant sept ans. Ainsi, en 2006, son premier album solo sort et est intitulé « Droit Chemin ». Deux albums succèdent à ce premier opus et, comme on pouvait s’y attendre, le rendent célèbre. L’artiste signe alors en 2016 un contrat avec le label Warner music France. À partir de ce moment, les horizons de l’artiste se diversifient, et de la rumba nait le « Tokooos ».

De nouvelles influences qui améliorent le style de l’artiste

Après sa signature avec le label Warner music France en 2016, le style de l’artiste a considérablement évolué. Il est désormais proche des artistes émergents de tous horizons. Son style gagne en originalité, en collaboration et même en qualité. Fally Ipupa commence alors à rendre la rumba plus urbaine, et plus accessible au public.

Cependant, l’artiste n’ignore pas le style musical dont il est issu. La rumba reste et demeure sa spécialité, mais il l’actualise et la rend beaucoup plus intéressante. Désormais, ses chansons ne font pas plus de 4 minutes, mais gardent toujours l’âme de la musique congolaise. Cette transformation, cette rumba mise à jour est appelée par l’artiste « Tokooos ». Que faut-il savoir sur ce nouveau style musical ?

Le Tokooos et ses caractéristiques

On le retrouve exclusivement dans le dernier album « Tokooos » du chanteur. Contrairement à ces derniers travaux, une dimension internationale est ajoutée à celui-ci. Ainsi, on retrouve Fally Ipupa avec des artistes noirs issus de tous les horizons.

En Afrique, Fally Ipupa fait une collaboration avec Wizkid sur le morceau « Yakuza ». En Europe, plus précisément en France, Fally enregistre « Kiname » avec le rappeur Booba, « Na Lingui Yé » avec MHD, « Mannequin » avec le duo KeBlack & Naza, « Bad Boy » avec la chanteuse Aya Nakamura et « Guerrier » en collaboration avec les chanteuses Shay. En Amérique, le concepteur du Tokooos décroche une feat avec R. Kelly sur le morceau « Nidja ».

De même, les chansons ne sont plus uniquement en lingala, la langue traditionnelle de la République Démocratique du Congo. On retrouve plusieurs titres en français et en anglais. La rumba devient alors un phénomène international. Le style purement urbain qui y est ajouté est apprécié du public, et le succès est phénoménal. Dès lors, une rumba 2.0 est née : le Tokooos.

Le retour du public

Ce nouveau style est sans doute une innovation majeure dans la musique congolaise. On se souvient encore des grands artistes de ce style qui ont fait danser l’Afrique et le monde. Tout récemment sur la scène du Femua, un de ces grands artistes s’est éteint. Certes, il était écouté, mais plus par la jeune génération.

Cette nouvelle approche de la rumba qu’adopte Fally Ipupa est en quelque sorte une renaissance de la musique congolaise. Cette musique à laquelle le public a longtemps reproché la monotonie, la longueur, le manque d’innovation fait aujourd’hui le succès de l’artiste.

Fally Ipupa est distingué à plus d’un titre pour son travail par les différents concours, des ventes spectaculaires et l’audience dont il bénéficie sur les réseaux sociaux. Quelles sont alors les implications de cette nouvelle tendance, le Tokooos ?

Les implications

À l’instar de l’accueil favorable que reçoit cette musique chez la jeune génération, il faut noter qu’elle est aujourd’hui un style de musique, une opportunité, une variété que pourraient utiliser de jeunes chanteurs pour émerger. On attend également d’autres albums encore plus intéressants du point de vue du style, de l’originalité, de l’innovation, etc.

Sur le plan politique et social, cette musique qui unit la majorité des jeunes peut se révéler être un vecteur de communication, étant donné les situations conflictuelles qui existent en République Démocratique du Congo.

Morceaux recommandés

Pour découvrir cette mise à jour de la rumba, je vous conseillerai les titres ci-après :
  • Le titre « Bad Boy » avec Aya Nakamura en collaboration ;
  • Le titre « Original » ;
  • Le titre « Kiname » avec Booba ;
  • Le titre « Juste une danse ».

En somme, Fally Ipupa par son histoire incarne la jeunesse africaine décidée à réussir et à surpasser son histoire. À travers son travail, il a réussi à inscrire « Le Tokooos » dans les annales de la musique congolaise. Espérons que Fally Ipupa ne s’arrêtera pas en si bon chemin et continuera à innover.

Recommandé pour vous

A propos de l'auteur : Emmanuel Higel