Prince et Michael Jackson : amis ou ennemis ?

Nul ne saurait le dire avec précision, en tout cas ni vous ni moi, et pour cause ! Depuis le début de leur carrière, voire depuis leur plus jeune âge, ces deux icônes mondiales n’ont pas manqué de jouer au chat et à la souris. Tantôt proches, tantôt ennemis, Prince et Michael Jackson nourrissaient une rivalité que l’on caractérise à raison de mythe.

Membres d’un même mouvement musical

Prince et Michael paraissent souvent comme des frères. Ils naquirent la même année, avec un léger écart de trois mois. Ce fut en 1958 que ces deux exceptionnelles personnes virent le jour. Cette année-là, personne ne se doutait qu’il venait de naitre des stars populaires, encore moins des rivaux que seule la mort pourra rapprocher. Pourtant, ces personnages ont quasiment vécu la même période, partageant le même look extraordinaire, la même extravagance, voire les mêmes influences musicales et culturelles. Mais, ce seront bien ces dernières qui commenceront à marquer la différence entre ces deux êtres, une différence de laquelle naquit à petit feu un complexe réciproque d’infériorité.

De grandes qualités de part et d’autre

La différence de personnalité entre Prince et Michael n’a fait que renforcer le contraste de leur relation. « Michael était l’insider, le pur produit d’une tradition musicale noire, et Prince, l’outsider, le gosse de Minneapolis où à peine 5 % de la population est afro-américaine, celui qui voulait percer », a résumé l’écrivain Nelson George. On note déjà la divergence de personnalité entre eux : Prince s’affirmait discret alors que Michael se confortait dans ses aises de l’enfant star. L’histoire retient que Michael rejoint ses frères ainés dans la célèbre fratrie musicale « The Jackson Five » alors qu’il n’avait que 7 ans. Performance ! Dans le même temps, Prince n’était qu’à ses premiers essais… Tout est probablement parti de là. En tout cas, tout porte à croire que la concurrence entre ces deux monuments de la pop a puisé sa source à leur enfance. Durant cette période, Michael semblait le plus privilégié. Cependant, au cours des années 1983, ils ont tous deux atteint le paroxysme de leur carrière musicale. Prince n’est donc pas resté à la traine, malgré un début plutôt pénible face au brillant Michael Jackson.

Des détails qui en disent long sur leur relation

Plusieurs faits révèlent les problèmes relationnels qui existaient entre Prince et Michael Jackson. On en retiendra essentiellement trois :
  • leur passage sur la scène du Beverly Theater de Los Angeles ;
  • le refus catégorique d’un duo ;
  • la provocation mutuelle.

D’un côté, on comprend ce dernier aspect à travers les moqueries de Michael Jackson qui jugeait ridicule le film « Under The Cherry Moon » de Prince au point de le parodier. De l’autre côté, Prince entonnait à l’occasion « … ma voix monte plus haut, et moi je n’ai jamais fait refaire mon nez, ça, c’est l’autre mec… », indexant habilement son rival. Ce fut ce même Prince qui s’opposa au duo sur la chanson Bad de Michael en raison de la première phrase du texte : « Your butt is mine » ! Quant à leur performance sur la scène de Beverly, on retient que Michael en sortit très satisfait, non pour avoir réussi son spectacle, mais parce que Prince aurait été moins performant que lui. Eh bien, les relations de Prince et Michael furent jonchées d’histoires similaires qui attisaient à volonté les braises de la rivalité, de la jalousie et surtout de la vexation.

Prince et Michael : amis ou ennemis ?

L’analyse de ces faits pourrait amener à trancher : ces deux musiciens hors pair sont de purs ennemis. Malgré qu’ils aient grandi durant la même période et qu’ils jouaient dans la même cour musicale, Prince et Michael Jackson se détestaient ouvertement. L’un enviait d’ailleurs l’indépendance de l’autre qui arrivait aisément à maitriser ses titres, tandis que l’autre jalousait les records de vente qu’enregistrait l’un. Pourtant, les deux protagonistes de la pop mondiale se camouflaient une certaine admiration. Deux actions clés permettent d’avancer cette hypothèse. Primo : Michael nomma son premier-né du prénom de Prince. Même s’il avança un motif contraire, les psychologues s’accordent pour conclure qu’il ne s’agit là que d’une admiration refoulée, une dévotion inavouable. Secundo : à la suite du décès de Michael, Prince confia au quotidien Le Monde, en d’autres termes bien sûr, qu’il fut très touché par sa perte. Plus tard, il lui rendit hommage en réalisant deux reprises de son morceau « Don’t Stop Til You Get Enough » : ne serait-ce là pas de l’affection ? Michael Jackson aurait-il fait autant ? On ne le saura jamais. Par contre, nous pouvons conclure qu’il n’y a qu’un pas entre amour et haine. Mais, la mort serait-elle ce pas à franchir ?

Recommandé pour vous

A propos de l'auteur : Emmanuel Higel