header 2

ON REVIENT BIENTÔT

RES6-1

RES8-2

Après quelques mois de jachère, nous sommes en train de tra­vailler sur une nou­velle ver­sion du site, avec un nou­veau con­cept éditorial.

Rendez-​vous en septembre !

D’ici là, retrouvez-​nous sur FACE­BOOK, INSTA­GRAM et TWIT­TER.

Retrou­vez RZOM (aka Antoine) sur The Back­pack­erz et Dr Groove (aka Noé) sur Gon­zaï.

Pour toute cor­re­spon­dance :
Cette adresse e-​mail est pro­tégée con­tre les robots spam­meurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visu­aliser.

Coup­dor­eille — 3, rue des Tru­illes 92140 Clamart

Ci-​dessous, de quoi passer un agréable été.

Bisous.

Une soirée Mid­night Spe­cial en apesanteur

L’Ataraxia ou la tran­quil­lité de l’âme a posé ses valises au point Ephémère ce ven­dredi 5 juin. La soirée était estampil­lée Mid­night Spé­cial Records, label indé à l’esprit famil­ial dont les artistes sont aussi tal­entueux que promet­teurs. Au pro­gramme : Kim, Cléa Vin­cent, Michelle Blades et pour finir, This is Avalanche. Une affiche plutôt alléchante.

Les deux pre­miers com­pères, Kim et Cléa Vin­cent, ne sont plus à présen­ter. Tous deux venaient en solo, l’occasion d’une plus grande intim­ité… Et d’un Kim qui avait mangé du clown. Niveau musique : tou­jours la pêche, un univers foutraque franche­ment jouis­sif et de l’énergie à reven­dre. Jamais avare, Kim est une bête de scène. Si vous ne l’avez jamais vu, cour­rez à son prochain con­cert. Dans le genre bête de scène, mais dans un reg­istre plus féminin, suiv­ait Cléa. Plus de grâce dans la présence scénique. Elle porte dans ses ondu­la­tions sa musique fraiche et pop, accom­pa­g­née de son sim­ple Iphone. Der­rière son clavier, celle qui a fait couler de l’encre nous invite dans son ambiance retro et ses mélodies mali­cieuses. Amputée de ses musi­ciens, la pop de Cléa Vin­cent parait un poil lim­itée. Un poil, seule­ment, puisqu’on finit tou­jours par se déhancher et espérer une prochaine sor­tie d’album.

Sur cette mise en bouche arrivent les choses sérieuses avec Michelle Blades. Car la soirée avait avant tout pour but de présen­ter son nou­vel album, Ataraxia. Sur scène, cinq musi­ciens, en ligne, comme si Michelle avait refusé de jouer perso. La famille, tou­jours: on retrouve bien là cet esprit con­vivial de Mid­night spé­cial. En musique aussi, les gen­res fusion­nent et les accords explosent. Si l’Ataraxia est syn­onyme de tran­quil­lité, on frise la schiz­o­phrénie. Les sons décoif­f­ent, mais une douce euphorie émerge. Bercé par le chant, le pub­lic bal­ance la tête en coeur. La part belle est faite à l’expérimentation, s’y pose un tim­bre de voix qui sur­prend, avant de se révéler tout sim­ple­ment bien plus beau que ceux aux­quels nos oreilles sont habituées. Nul doute que Michelle Blades mérite de rem­plir deux, trois, dix fois le Point Ephémère.

This is Avalanche clôt le spec­ta­cle avec une nou­velle for­ma­tion à qua­tre. Faut-​il le répéter, à plusieurs, c’est tou­jours meilleur. Donc le groupe a fait peau neuve et présente un EP(https://​sound​cloud​.com/​t​h​i​s​i​s​a​v​a​l​a​n​c​h​e​/​s​e​t​s​/​t​h​i​s​-​i​s​-​a​v​a​l​a​n​c​h​e​-​e​p​2), en français. A l’image du clavieriste (https://​sound​cloud​.com/​m​a​t​t​h​i​e​u​s​c​h​m​i​t​t​e​l), pieds nus sur scène, les textes gag­nent en poésie. Une vague psy­chédélique qui a englouti le pub­lic, notam­ment avec le dernier morceau fleuve, « écho » (qui hélas n’est pas sur l’EP). 12 min­utes de mon­tée en puis­sance d’une rare inten­sité. Les lumières se sont ral­lumées sur une salle scotchée, dom­mage pour ceux qui étaient déjà partis…

..….